vendredi 10 octobre 2014

"La troisième oreille et autres textes" by Bryan Lewis Saunders (Rip on/off)

 

Bryan Lewis Saunders

La troisième oreille et autres textes


Vernissage du livre de Bryan Lewis Saunders le jeudi 16 octobre 2014 à 22 heures au LUFF, Casino de Montbenon, Lausanne.

« Ma première nuit de sortie en ville depuis des années, et la première chose que je fais, c’est de poignarder quelqu’un. » (Bryan Lewis Saunders) Sortie du 7e volume de la collection d’écrits d’artistes sonores Rip on/off. Les traducteurs se sont plongé dans l’univers « white trash » de Saunders, scotchés par son stand-up tragique au LUFF 2013. Miroir d’une double violence, d’un univers social d’abord et d’un rapport à soi ensuite, ses textes hybrides sont accompagnés de dessins, d’écrits d’Agnès Giard, de Lionel Bize et d’un CD feat. Anton Mobin.

Avec le soutien du Fonds des Publications de l’Université de Lausanne et de la Fondation Michalski pour l’Ecriture et la Littérature.



"La Troisième Oreille et Autres Textes" by Bryan Lewis Saunders
En privant vos oreilles externes de la possibilité d’entendre, vous redirigez le son qui est alors entendu par l’intérieur de la bouche. Instantanément, les sons de votre corps se mouvant dans le monde deviennent extrêmement forts. Peu après, vous commencerez à entendre avec votre
troisième oreille.
Bryan Lewis Saunders est un performeur étasunien de stand up tragedy dont les textes mêlent à la fois les codes de la performance lettriste, de la confession publique et de l’auto-fiction. Par son écriture, Saunders vise à refléter et à décomposer la culture white trash dans une expérimentation de soi qui transforme le corps par des expériences limites.


Now available online through Rip on/off and Librairie Plakart
http://www.riponoff.ch/category/livres/

240 page book + CD with b/w illustrations
(French Language Only)

Edité et traduit de l’anglais (américain) par Lionel Bize, Laura Daengeli, Samia Guerid, Christian Indermuhle, Christine Ritter et Thibault Walter.

Made possible by Patrick van Dieren and the University of Lausanne




Aucun commentaire:

Publier un commentaire